🐟 Shifting baseline syndrome

La newsletter de dixit.net #40

Une fois n'est pas coutume, partons cette semaine en mer. Suivons pour cela Daniel Pauly, un ocĂ©anographe rĂ©putĂ© qui a dĂ©veloppĂ© la notion de “syndrome du changement de rĂ©fĂ©rence” (shifting baseline syndrome). L'histoire est Ă  premiĂšre vue bien connue : face Ă  la rarĂ©faction de certaines espĂšces de poissons, l'instauration de quotas de pĂȘche limitant les captures est nĂ©cessaire pour prĂ©server la ressource. Au cƓur du dispositif, des scientifiques sont Ă  la manƓuvre pour Ă©valuer l'Ă©tat des stocks et fixer les quotas en consĂ©quence pour restaurer un stock normal. Oui, mais qu’est-ce qu’un stock normal ? 

C'est ici que l'histoire se corse. Daniel Pauly a identifiĂ© une tendance gĂ©nĂ©rale de ces professionnels Ă  considĂ©rer comme normale la situation qu'ils ont connue au dĂ©but de leur carriĂšre. Mais la dĂ©gradation progressive des stocks de poissons fait que les scientifiques qui se succĂšdent Ă  cette tĂąche considĂšrent comme normaux des niveaux de plus en plus dĂ©gradĂ©s sans s'en apercevoir, entraĂźnant un dĂ©calage progressif du niveau de rĂ©fĂ©rence de gĂ©nĂ©ration en gĂ©nĂ©ration. C'est une forme d'accommodement collectif au dĂ©clin des ressources, liĂ© Ă  la succession des observateurs. On s'habitue, c’est tout. Et contrairement Ă  ce que dit la chanson, c'est parce qu'on oublie tout :

Nous transformons le monde, mais nous ne nous en souvenons pas. Nous ajustons notre niveau de référence, et nous ne nous souvenons pas de ce qu'il y avait avant. (...) Chaque génération considÚre les images du début de sa vie consciente comme le "normal" et extrapole vers l'avenir. Alors toute différence par rapport à ce niveau est perçue comme une perte, mais pas ce qui s'est passé avant. Vous pouvez avoir une succession de changements de ce type, et ne conserver à la fin que de misérables restes.

— Daniel Pauly

Les photos jaunies de pĂȘche miraculeuse du dĂ©but du XXe siĂšcle n'ont en fait rien d’exceptionnel : ce sont des pĂȘches normales que l'on regarde d'aujourd'hui comme des anomalies. C'est pour cela que les rĂ©serves naturelles sont aussi importantes : en rĂ©duisant les impacts humains sur un secteur prĂ©cis, elles permettent de regarder dans le passĂ© au-delĂ  de notre propre gĂ©nĂ©ration pour recaler notre niveau de rĂ©fĂ©rence. L'analyse de Daniel Pauly rĂ©sonne bien entendu au-delĂ  du seul milieu maritime, et peut s'appliquer Ă  tous les domaines qui nĂ©cessitent d'engager aujourd’hui une transition environnementale.

Alors, revenons sur la terre ferme oĂč le syndrome du changement de rĂ©fĂ©rence fait aussi des ravages. Depuis un demi-siĂšcle, nous privilĂ©gions la construction neuve en pĂ©riphĂ©rie grĂące Ă  l'irruption de la voiture au cƓur du moteur de la fabrique de la ville. C'est un modĂšle trĂšs rĂ©cent Ă  l'Ă©chelle de nos villes, mais suffisamment ancien pour que nous n'ayons tous connu que cela dans notre vie consciente. C'est notre "normal" dont il est si difficile de nous dĂ©tacher alors que le besoin de faire transition est Ă©vident :

Tant que les urbanistes Ă©largissent les routes et en construisent de nouvelles ; tant que les conducteurs ont peu d’options alternatives et ne paient pas le coĂ»t complet de leurs trajets ; tant que les politiques publiques incitent les gens Ă  vivre dans des banlieues Ă©loignĂ©es, nous aurons un futur toujours plus Ă©talĂ©.

— Janette Sadik-Khan, Street Fight

C'est pour cela qu'il est nĂ©cessaire de regarder en arriĂšre pour comprendre d'oĂč vient ce systĂšme qui s'emballe aujourd'hui. Regarder en arriĂšre pour comprendre qu'une autre fabrique de la ville est nĂ©cessaire, mais aussi possible. Regarder en arriĂšre, mais pas pour y retourner : pour rĂ©aliser aussi le caractĂšre fugace du modĂšle actuel Ă  l'Ă©chelle de la vie de nos villes et engager la construction concrĂšte du nouveau normal.

Pour aller plus loin, ne manquez pas la conférence TED de Daniel Pauly sur le sujet, ainsi que son court article (en anglais) : Anecdotes and the shifting baseline syndrome of fisheries (Trends in ecology and evolution, volume 10, numéro 19, octobre 1995 )

Bonne découverte.

— Sylvain

PS : Pour revenir sur une autre rĂ©fĂ©rence Ă  recaler, l'article de Donald Shoup que j'ai eu le plaisir de traduire et d’adapter pour la revue Transports Urbains est dĂ©sormais disponible en ligne : “Le coĂ»t prohibitif des obligations de stationnement”. Un coĂ»t qui n’est pas que financier vous verrez. Je vous invite Ă  le lire et me transmettre vos rĂ©actions ;)


Ouverture · Lire, écouter, rencontrer, voir...

📅 Agenda.

  • Le projet d’avis « Comment redynamiser nos centres-villes et nos centres-bourgs ? Â» du CESE, pour lequel Sylvain a Ă©tĂ© auditionnĂ©, sera prĂ©sentĂ© le 25 mars Ă  14h30 en live vidĂ©o Ă  l'AssemblĂ©e Nationale. (CESE)

  • La Revue Urbanisme et la SCET organisent deux webinaires les 1er et 2 avril sur les enjeux de la transition alimentaire dans les territoires. (Pour en savoir plus)

đŸŽ™ïž Émissions. "California Dreamin': la terre des possibles" est une sĂ©rie d'Ă©missions sur France Culture dont le deuxiĂšme Ă©pisode est consacrĂ© Ă  Los Angeles, ville de tous les mythes : la richesse, la libertĂ©, les lunettes de soleil et la cigarette entre les lĂšvres au volant de sa voiture dĂ©capotable... Pourtant, elle ne donne plus aussi envie que cela. L’étalement urbain, l’usage massif et polluant de la voiture, les tensions sociales, raciales et Ă©conomiques, et l’hyperghettoĂŻsation donnent un nouveau visage de Los Angeles. (France Culture)

📖 A lire. Le foncier agricole dans une sociĂ©tĂ© urbaine, innovations et enjeux de justice, dirigĂ© par Coline Perrin et Brigitte NougarĂšdes

Cet ouvrage de recherche collectif pose les grands enjeux de l'aménagement des espaces agricoles dans nos sociétés urbaines : la difficulté pour les agriculteurs d'avoir accÚs au foncier, par des effets d'anticipation, de rétention ou de patrimoine familial ; l'urbanisation importante des terres agricoles françaises, terres qui sont dans les moins chÚres d'Europe ; et les nombreux conflits d'usage qu'elles posent.

Au travers d'Ă©tudes de cas variĂ©es, les auteurs dĂ©ploient les innovations locales possibles dans le domaine du foncier agricole. On part d'initiatives pour la prĂ©servation des paysages agricoles dans le pĂ©riurbain, puis Ă  la reconquĂȘte des friches agricoles, en passant par de nouvelles formes de mobilisation du foncier pour "nourrir la ville". Des idĂ©es intĂ©ressantes Ă©mergent qui soulĂšvent les enjeux de justice, ou plutĂŽt de sentiment de justice. Par exemple, des innovations dans les contrats et la gouvernance des projets permettent un soutien public fort, mais qui ne favorise qu'une partie des agriculteurs.

Ces initiatives restent assez peu visibles, car elles sont souvent immatérielles et passent par la gestion, la contractualisation ou la gouvernance des projets. Les réseaux comme Terre de Liens ou Terre en Ville sont donc des leviers déterminants pour partager les références, ce dont manquent souvent les acteurs locaux. (CardÚre Editeur, 2020).

đŸ•Żïž MĂ©moire. Vous connaissez les Stolpersteine ? Ce sont littĂ©ralement des « pierres sur lesquelles on trĂ©buche Â» : des pavĂ©s mĂ©talliques incrustĂ©s dans la rue devant le dernier domicile d'un dĂ©portĂ© de la Seconde Guerre Mondiale. Elles rappellent son nom et son destin en quelques lignes gravĂ©es, comme un accident d'un revĂȘtement trop rĂ©gulier au service de la mĂ©moire. (via Bulletin)

🟠 Urbanisme circulaire. Petit rĂ©sumĂ© du Manifeste pour un urbanisme circulaire dans Demain la ville pour trouver des solutions pour construire la ville sur elle-mĂȘme. (Article)

🌃 Urbanisme. Retrouvez les entretiens et les synthĂšses des ateliers de la 41Ăšme rencontre des agences d'urbanisme qui "explore nos futurs (heureux)" sur le site de la FĂ©dĂ©ration Nationale des Agences d'Urbanisme et dans un numĂ©ro spĂ©cial de la revue Urbanisme. (FNAU)

🚘 Chiffres. Les vrais coĂ»ts de la voiture...

À la semaine prochaine !